Youssef BAOUENDI – Co-Fondateur de l'association

Youssef_Baouendi

Biographie de Youssef :

Né en Tunisie en septembre 1952, étudia à Tunis, à l’école Normale Supérieure, une école d’élite pour ingénieur. Il arrive en France 1974, pour étudier l’informatique.

Actuel président du bureau de la Ligue Islamique Mondiale en France (ONG musulmane fondée en 1962 à la Mecque, dont le siège est situé à Mantes-la-Jolie).

Youssef Baouendi raconte AVS

« Lors d’un voyage pour le pèlerinage à la Mecque, sur le chemin de Médine dans le bus, j’ai fait la connaissance de Lahcène BELATOUI (actuel président d’AVS), il était accompagné de Yima. Nous avons discuté plusieurs heures dans le bus entre Jeddah et Mecqua, nous nous sommes promis de nous revoir en France à Saint-Denis, puisque nous habitions à Saint-Denis depuis 30 ans.

En France, Lahcène m’invita à manger chez lui et c’est le plat de la viande qui a provoqué un tollé.

Effectivement, j‘ai refusé de manger la viande parce que c’est une suspicion et, c’est une règle dans l’Islam que tout le monde ignore malheureusement.

Quand on est dans un pays non musulman, où le haram est plus important que le halal, la règle de « al Mouharam » est une précaution, il faut supposer que tout est haram sauf ce qui est sûr d’être halal.

Par là, Lahcène m’a promis de poser la question à son boucher du quartier et là, il a découvert la faille.

Pour Lahcène, il fallait absolument trouver une solution à l’échelle locale pour contrôler le halal dans le quartier.

Au début, avec nos propres moyens, nous cherchions des abattoirs qui voulaient accepter nos services. Nous démarchions notre prestation à but non lucratif.

Avec l’aide d’Allah et notre sincérité, AVS a pris de l’ampleur. A la fin des années 1990, nous étions déjà une centaine de boucherie et une vingtaine d’abattoir en région en France.

Nous n’avons pas cessé de rectifier le tir, nous nous sommes améliorés dans notre façon de faire.

Avec l’enthousiasme, certains d’entres nous fantasmaient et, disaient que nous pourrions contrôler toute la viande en France et pourquoi pas en Europe.

En réalité, nous ne serions jamais capables de contrôler toute la viande et, même de promettre aux consommateurs musulmans de contrôler boucheries et restaurants en France car il y a un manque accru de ressources humaines.
Le contrôle du halal est une bien trop lourde responsabilité.

Une institution quelconque qui prétend faire le travail comme nous où aussi bien que nous, nous sommes capable de lui donner le projet et de nous retirer. C’était un de nos principes.

Et pourtant, aujourd’hui nous sommes la seule institution qui est présente de l’abattage jusqu’à la distribution, AVS est la seule association qui peut garantir ce contrôle.

J’ai quitté AVS, pour rejoindre le bureau de la Ligue Islamique Mondiale en France.
Actuellement, j’ai pour rôle au sein d’AVS de conseiller.

Nous avons un projet commun avec la Ligue Islamique Mondiale et AVS ; d’exporter la viande vers l’Arabie Saoudite. Tout ce qui arrivera en Arabie Saoudite sera contrôlé par AVS, Inch’Allah.

Reste à définir le halal qui n’est pas unanime, car subsiste encore cet archaïsme de la définition du halal à terme cela se concrétisera, parce qu’il y a une prise de conscience très forte d’Arabie Saoudite et dans tous les pays du Golfe.

Pour beaucoup d’entres nous, tout ce qui provient de la Mecque à une notion de sainteté au delà même du concept halal.
Et c’est une faute grave et une charge très lourde pour la Ligue Islamique Mondiale.

Le halal à un prix, le musulman à une valeur, il faut que le musulman sache qu’il a le droit de manger de la qualité et, dans AVS il y a la notion de qualité.

Notre travail doit avoir une démarche d’information auprès des boucheries et restaurants car nous sommes un vecteur et un facteur pour eux, il faut une charte de qualité chez nos partenaire agréés pour une déontologie concernant l’hygiène et la propreté ».

La qualité du halal, un droit pour tous.